• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon

Du pommier sont tombées trois pommes.

La première est pour le conteur, toujours le premier servi.

La deuxième est pour celles et ceux qui ont écouté les contes.

La troisième doit être partagée en deux ; une moitié pour tous ceux et celles qui, depuis la nuit des temps, ont permis aux contes d’arriver jusqu‘à nous ; une moitié pour ceux et celles qui feront vivre les contes quand nous ne serons plus là pour le faire.

Pour moi avant d'être un art du spectacle, le conte est un art de la relation.